Exposition Brigitte Bardot
La porte de Brandebourg à AIX
Tropézien, Vénitien, Aixois
par Vincent Roux
Biographie flash &
quelques expositions
Kaléidoscope

Cent-vingt Vincent
par Jean-Michel Royer
1. Arlequin
2. Sior Maschera
3. Beau jeune-homme
très Artiste
4. Aixois
5. Tropézien
6. Portraitiste
7. Arrêt sur image
8. Européen
9. Orientaliste
10.  Vénitien
11.  Fin de partie

Textes
Recherche d'œuvres
Bulletins de liaison
Contact
Revue de presse
Reportage
Radio
Liens
 

Cliquez pour agrandir
10. Vénitien. Lequel de ses anneaux Vincent Roux jeta-t-il dans la fameuse lagune pour signifier à Venise qu'il serait à jamais son féal ? On ne sait. Mais on sait qu'entre elle et lui ce fut à la vie, à la mort. Il connaissait tout de la Sérénissime, ses palais et ses musées, ses salons et ses bouges, ses princesses mendiantes, ses putains milliardaires, ses gondoliers voyous. Il a peint ses fastes vénéneux et sa faune interlope avec une tendresse inquiète : "Attention, voyageur ! Tu ne seras certes pas là le jour où la cité lacustre s'enfoncera dans les abysses. Mais, d'ici là, drapée dans sa "bauta" d'où dépasse une faulx, la Mort t'attend peut-être au détour d'un canal. Comme, près des cabines de bain du Lido, l'éphèbe ambigu Tadzio attendait Aschenbach"…

Cliquez pour agrandir

La Venise de Vincent était celle de Mann et de Visconti, mais aussi celle de Carpaccio et du Titien, et encore celle de Morand et de Music, d'Ugo Pratt et de la comtesse Volpi. Mais, pour nous qui l'avons connu gondolier, Venise s'appellera toujours Vincent Roux.

Casanova. S'il est déguisements qui lui collèrent à la peau, c'est bien ceux où Sior Maschera se donna les sémillantes apparences de cette canaille de Giacomo. Au temps de sa splendeur, Vincent fit venir de Venise une vraie gondole pour que Casanova en personne (c'est à dire lui-même !) inaugurât l'immense piscine de sa villa "La Nouvelle Adélaïde". Mais voyez ses travestissements vénitiens des dernières années : "Fellini-Casanova" est passé par là, le personnage tragique du séducteur vieillisant le fascine, et l'ombre commence à envahir le plus beau et plus triste salon du monde : une place Saint-Marc où virevoltent les derniers couples et où le prêtre roux a déjà sonné l'Angelus.


Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
© 2005 - 2017 Association pour la promotion de l'œuvre de Vincent Roux - Tous droits réservés - Réalisation : LaNetAffaire