Aixois-coeur-fidèle

Après les études et force voyages, il revient à Aix où (comme Cézanne avant lui) il avait, pour suivre sa vocation, refusé d'être juriste. Son credo est celui-là même de Stendhal : "avoir pour métier sa passion". Comme, malgré des débuts en fanfare, la peinture ne le nourrit pas encore (ça viendra vite), et comme il adore "chiner", son goût très sûr en la matière deviendra son métier de complément, et il s'y révélera très expert. 1960 : début d'une association fraternelle avec Hélène Caral de Montéty et création du magasin d'antiquités "Le Buisson ardent".

Bientôt, l'artiste s'installera à Peynier-sur-Arc, village dont le maire fut longtemps son oncle Vincent Delpuech.

 

On verra souvent chez lui Bernard Buffet, alors fixé tout près de là, à "Château l'Art". Les deux artistes, qui plus tard voisineront également à Saint-Tropez, se lieront d'amitié. Puis celui qu'on commence à appeler "Vincent Roux le Magnifique" se fixe à Aix même, dans le quartier Mazarin. Les magazines (dont il sera jusqu'à sa mort l'un des chouchous) l'y camperont en arbitre des élégances : raffinement et originalité de sa vêture et aussi de son cadre de vie. Devenu Tropézien, Vincent restera fidèle à Aix. À cause de ses deux grandes amies : Hélène et Sainte-Victoire.

Antiquaire et "locomotive mondaine" (comme on dit alors), Hélène s'associera avec Michèle Cornut pour créer, rue Jaubert, un nouveau magasin, "Les Pâris d'Hélène". Il sera le haut-lieu du "rouxisme" aixois et le reste. "Mes bonnes fées", dira tendrement Vincent à propos d'Hélène et Micha.

Sainte-Victoire, elle, restera associée avec Cézanne. Bien qu'habitant désormais au bord de la mer, notre héros (dont le second prénom est Victor, et dont les premières escalades vers la Croix de Provence datent de l'enfance) continuera à fréquenter assidûment la géante de pierre. Comment, après le "Maître d'Aix", oser peindre "ce lieu où souffle l'esprit" ? L'artiste s'y refusera jusqu'en juillet 1979. Là, en direct devant les caméras de FR3, il cédera aux instances d'un journaliste ami et jettera sur le liège, au pastel gras, un brillant et brûlant "à la manière de" : une "montagne magique" très cézannienne - et très "fauve".

Ce sera le début d'une phase nouvelle de son œuvre, où le paysage passera du second plan au tout premier. Irruption. Eruption. Signe avant-coureur : les forces telluriques auxquelles il devient très sensible et sa santé qui se détériore lui font voir Sainte-Victoire comme si elle n'était plus, elle aussi, que chair pantelante. Pour qui sait regarder, certaines toiles de son avant-dernière exposition sont bouleversantes. Et prémonitoires. Antonin Artaud : "Mon corps est fissuré comme la grande montagne"…

Jean-Michel ROYER

drapeauen.png
En voir plus
Hélène CARAL de Montety et Vincent ROUX

Vue Intérieur et Exterieur de la galerie "Le Buisson Ardent"

Extrait du concert en l’Église Saint-Jean-de-Malte, le 17 octobre 2014 pour le 25ème anniversaire de la chute du mur de Berlin par Thierry Escaich.

Improvisation sur les oeuvres de la Sainte-Victoire de Vincent Roux.

Retrouvez l'intégralité du concert en cliquant ici

English Version