Biographie

Vincent Roux est né à Marseille le 1er décembre 1928. Il fait ses études secondaires au Collège des Maristes à La Seyne-sur-Mer (Var), puis qu'au Collège catholique d'Aix-en-Provence.


En 1948, il entre à l'École supérieure des Beaux-Arts de Marseille. Il y reçoit le premier prix d'ensemblier-décorateur la même année, ainsi que le Prix du Conseil général des Bouches-du-Rhône, exposition à la préfecture de Marseille. En 1949 il obtient le premier prix de maquette de théâtre, ainsi que le premier prix mode et publicité, avec éloges et félicitations du jury. En 1950 le premier prix de peinture, en 1951 le prix Stanislas-Torrents, ainsi qu'en 1952 le prix « Claverie paysage ».

Dès 1950, il dirige la galerie Moullot à Marseille où il expose quelques maîtres provençaux du XIXe : Guigou, Casile, Olive, Aiguier, Loubon… Puis il présente des œuvres de Matisse, Kisling, Gleizes, Verdilhan et de ses amis Ambrogiani, Audibert, Bernard Buffet, Ferrari, Botinelly… ainsi que les membres de la Société de l’Art occitan.

En 1953, il s’inscrit à l’Académie Julian à Paris où il est plus particulièrement formé par Albert Gleizes, Brianchon, Dunoyer de Segonzac. Mac-Avoy et Matisse comptent aussi parmi ses professeurs. Sa grande puissance de travail lui permet de mener de pair sa carrière artistique et sa vie mondaine partagant son temps entre Saint-Tropez, Aix-en-Provence, Venise (il avait fait venir de la Sérénissime une gondole trônant au milieu de sa piscine le soir de l’inauguration de ses œuvres), Marrakech et Paris.

En 1960, Vincent Roux et Hélène Caral de Montety créent à Aix-en-Provence une galerie d’antiquités, Le Buisson ardent et l’artiste s’installe à Peynier, non loin de ses amis Bernard et Annabel Buffet à Château l’Arc. En 1968, il réalise les costumes et les décors du Barbier de Séville présenté à l’Opéra de Marseille ; la même année, il est nommé expert près la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence (et en 1979, expert près la Cour d’Appel de Paris). Il devient membre du Comité directeur de l'OCAST (Organisation culturelle et d'animation de Saint-Tropez), vice-président de l'Association des peintres de Saint-Tropez, 1981-1982-1983. Il est médaillé d'argent de la Ville de Paris en 1981 et couronné par l'Académie de Marseille la même année. Il reçoit la médaille de vermeil de la Ville de Paris et d'Aix en Provence en 1985. Cette même année, au musée du Vieil Aix il expose "Impression d’Automne sur Sainte Victoire
" (une vidéo retrace la vision du peintre sur « la montagne magique » si chère à son cœur depuis son enfance).

Il reçoit en 1986 du ministre de la Culture les insignes de chevalier de la Légion d’honneur. Il expose à la Mamounia en 1988. A la demande du frère du roi du Maroc, Moulay Ali, il  réalise le portrait de son Altesse Royale Hassan II.

En 1987, à la demande du directeur du Centre Franco-Américain, Jérémy Rudes, il brosse une fresque monumentale sur deux panneaux Transfiguration de la Montagne Sainte Victoire à l’Hôtel de Gaillard d’Agout. Hélas cette fresque n’est pas visible et parait-il recouverte de tissu ! Dès lors il vit à Saint-Tropez, sans cesser de voyager et présente ses œuvres dans son atelier, place de la Garonne. Des collectionneurs du monde entier possèdent des toiles et des dessins de Vincent Roux et l’Association pour la promotion de l’œuvre de Vincent Roux en prépare le catalogue raisonné)

Enfin, retour à Paris et à Saint-Tropez où il réside le plus souvent, exposant ses œuvres dans son atelier galerie de « La nouvelle Adélaïde », puis en 1983, place de la Garonne en l’Hôtel de Roquebrune jusqu’à sa mort en 1991. Il repose dans le cimetière marin de Saint-Tropez.


Michèle CORNUT-CARAL

Présidente de l'APPO Vincent Roux