top of page
Carte Voeux 2023.jpg

La réunification Allemande vue par le peintre Vincent Roux

Le 11 août 2022, Clarissa Duvigneau, consule générale d'Allemagne à Marseille, a visité l’exposition dédiée à l’oeuvre de Vincent Roux à la Mairie de Peynier, en compagnie de Monsieur Christian Burle, maire de Peynier, et de Michèle Cornut Caral, Présidente de l'APPO Vincent Roux.

Porte de Brandebourg (huile sur toile, 1990)

Monsieur Christian Burle Maire de Peynier, Madame Clarissa Duvigneau Consule Générale d'Allemagne à Marseille et Michèle Cornut Caral Présidente de  l'APPO Vincent Roux

Sainte Victoire (huile sur toile, 1990)

Madame Clarissa Duvigneau Consule Générale d'Allemagne à Marseille et Michèle Cornut  Caral Présidente de  l'APPO Vincent Roux

Les œuvres de Vincent Roux sont partiellement présentées sur rendez-vous à la mairie de Peynier, en contactant le : 06 82 13 32 80

LA PORTE DE BRANDEBOURG

Au Cœur de la Journée de l'Unité Allemande et des trente ans de la Chute du Mur de Berlin


Le 3 octobre 2019 à la Villa Bagatelle à Marseille

Extrait du discours de Mme la Consule Clarissa Duvigneau

"Monsieur le Maire, cher Jean Roatta,

Monsieur le Maire du 6e et 8e arrondissement, cher Yves Moraine,

Mesdames et Messieurs les élus,

Monsieur Chenivesse, Madame Pozmentier-Sportich,

Chères et chers collègues du corps consulaire, liebe Mitglieder der deutschen Gemeinschaft hier im Süden Frankreichs,

Mon mari Christian et moi et tous les collaborateurs et collaboratrices du Consulat vous souhaitent la bienvenue à cette réception de notre fête nationale allemande. Nous sommes heureux que vous vous joigniez à ce qui est, pour nous, chaque année le souvenir d’un miracle politique – le plus grand bouleversement politique après la deuxième guerre mondiale, une révolution sans qu’aucune goutte de sang ait coulé... (extrait)

Nous venons d’entendre de la musique – et je vous remercie beaucoup, tous les trois :

  • Benjamin Clasen à l’alto,

  • Stéphane Coutable, au basson

  • et la magnifique mezzo-soprano Muriel Tomao qui nous a chanté les hymnes.

Avec un Allemand et deux Français, c’est un bel exemple de coopération franco-allemande : chacun a sa voix, mais les trois s’accordent très harmonieusement. Merci encore !

 

Mesdames, Messieurs,

Nous vous présentons également une autre forme d’art sur ce parvis aujourd’hui : la copie d’un tableau qui a pour sujet un moment qui donne encore des frissons à des millions d’Allemands : la chute du mur, le moment où nos compatriotes de l’Est ont enfin pu passer vers l’autre côté de la ville, vers l’autre côté du pays et vers le reste du monde.

C’est un artiste de la région, Vincent Roux, qui a peint ce tableau. Je tiens à saluer Madame Cornut-Caral, présidente de l’ « Association pour la promotion de l’œuvre de Vincent Roux », présente ici ce soir, qui a attiré notre attention sur ce tableau et ce peintre bien-aimé – qu’il ne faudrait surtout pas oublier. Je vous invite à aller voir ses tableaux à Aix et dans d’autres villes de cette magnifique région du Sud de la France qu’il a tant aimées !

Et je veux aussi remercier Fabian Meinel du Centre Franco-Allemand de Provence qui a organisé l’exposition de la copie de cette œuvre qui vous est présentée aujourd’hui.

Dès 1990, vers la fin de sa vie, Vincent Roux, impressionné par tout ce qui se passait en Europe, a peint 13 toiles, intitulées LES TREIZE EUROPES. Il voulait ainsi évoquer l’esprit de l’Europe qui était en train de se construire.

Et c’est un esprit qui nous lie toutes et tous, l’esprit de liberté, d’égalité, de fraternité et celui de Einigkeit und Recht und Freiheit (unité, droit/justice et liberté) – et cet esprit ne lie pas seulement les Allemands et les Français, mais aussi tous les Européens... (extrait)

La Chute du Mur de Berlin

9 novembre 1989

2019 09 18 Porte de Bradebourg10-HDR.jpg

Le 9 novembre 1989 tombait « le Mur de Berlin » édifié depuis 1961, symbole de la cassure entre l’Est et l’Ouest.

Devant nos écrans de télévision défilaient les images de l’effritement du « Mur de la honte ». Ainsi, le monde entier assista à sa chute.

 

« Couleurs, Musique et Liberté : Célébration de l'Europe » Saint-Jean-de-Malte, le 17 octobre 2014

Heureusement, il y a encore des événements politiques qui changent l’histoire et qui méritent d’être célébrés avec la ferveur et l’admiration qu’ils suscitent, même si ces événements n’intéressent pas vraiment la classe politique française...

Le 17 octobre dernier, dans l’église de Saint-­JeandeMalte a eu lieu un acte de mémoire d’une extraordinaire beauté : un récital d’orgue de M. Thierry Escaich devant des œuvres picturales du peintre aixois Vincent Roux. Les lecteurs du Courrier d’Aix ont lu l’annonce de ce concert et connaissent les circonstances : lors de la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 (il y a donc 25 ans), Vincent Roux, se sachant déjà proche de la fin, fut tellement inspiré par les images télévisuelles de ce bouleversement (rappelons que c’est la seule révolution contemporaine qui ne provoqua aucune effusion de sang...) qu’il en fit un tableau, La porte de Brandebourg. Œuvre étonnante, originale et vraiment évocatrice de ce mouvement citoyen calme et pacifique dans sa dignité, et emporté par le seul goût de la liberté.

Continuant sur cette intuition, Vincent imagina de faire une série de tableaux intitulée Les Treize Europe qui devait évoquer de façon chaque fois singulière et poétique l’esprit de l’Europe qui était en train de se construire : de NotreDame de Paris à la Sagrada Familia de Barcelone, de Tolède au château d’Elseneur (Kronberg), sans oublier évidemment les grands sites comme la SainteVictoire et SaintTropez qui étaient si chers au cœur du peintre : Vincent a dit par les couleurs et une dynamique des formes vraiment personnelles les racines de l’Europe, non seulement les monuments, les villes et les paysages, mais le regard que l’on porte sur eux.

C’est pourquoi le récital de Thierry Escaich était si beau; tout le monde connaît le génie musical de cet organistecompositeur de réputation internationale. Mais c’était la première fois qu’il improvisait non pas à partir de thèmes musicaux, mais à partir de tableaux, en l’occurrence ceux de Vincent. Ce fut plusqu’une réussite, plus qu’une prouesse technique : la nombreuse assembléeamis fidèles de Vincent Roux, amis de SaintJeandeMalte et de ses programmes musicaux, amateurs et mélomanes éclairés, amis allemands résidant en Provence tout le monde a été « scotché » par ce que nous voyions et entendions : nous avons « entendu » le mur de Berlin s’écrouler comme les murs de Jéricho sous le fracas des jeux de trompette ; nous avons entendu les stridulences des cigales (eh, oui ! il sait le faire ... à  l’orgue !) au pied de la SainteVictoire ; nous avons entendu les crissements des pas des promeneurs sur la neige dans Venise en plein hiver ; nous avons entendu les rythmes des danses espagnoles sur les places de Tolède et le souffle du vent (mistral ou EspritSaint ?) dans les voiles des embarcations pour les régates au large de SaintTrop’; et nous avons entendu les fracas de la gloire de Dieu ruisselants sur le portail de la majestueuse Sagrada Familia... En une soirée, grâce à Thierry et Vincent, grâce à l’indicible complicité des sons et des couleurs, nous avons fait le tour de l’Europe, non pas celle des hommes d’affaires et des politiciens, mais l’Europe des hommes de cœur, épris de liberté et fiers de l’héritage spirituel et culturel qui nous est légué et dont nous sommes aujourd’hui plus que jamais responsable, pour nous sauver de la médiocrité cynique et des replis identitaires sur des mythes nationalistes sans grandeur et sans âme.

Merci à Vincent Roux, merci à Thierry Escaich de nous avoir montré, chacun selon son génie, comment on peut croire aujourd’hui à l’Europe berceau et patrie de la vraie liberté.

Michèle CORNUT-CARAL et Frère Daniel BOURGEOIS

18 octobre 2014

Thierry Escaich est actuellement l’un des plus grands maîtres de l’improvisation à l’orgue. Habituellement, on demande d’improviser sur un thème musical connu, mais nous avons voulu lui proposer de laisser libre cours à son imagination créatrice en se fondant sur la série de tableaux de Vincent Roux.

Nous avions demandé cela en 2006 à son maître, Michel Chapuis en lui proposant de venir à Saint-Jean-de-Malte pour improviser sur les toiles de P. Cézanne. Thierry Escaich a accepté de relever le défi en improvisant sur les Treize Europe, le 17 octobre 2014, pour le 25ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin.

Journées Européennes du Patrimoine

en l'église Saint Jean de Malte à Aix-en-Provence

17 et 18 septembre 2022

Affiche ExpoLaSagradaFamilia-01.jpg

La Sagrada Familia à l'Eglise Saint-Jean-de-Malte - 17 octobre 2014

press to zoom

M. OZOTTE, Frère D. BOURGEOIS, J.C. REVIRON, M. CORNUT-CARAL - Novembre 2014 (Chapelle Latérale à l'Eglise Saint-Jean-de-Malte)

press to zoom

La Sagrada Familia à l'Eglise Saint-Jean-de-Malte

press to zoom
Thierry Escaich à la tribune de l'orgue de Saint Jean de Malte

Couleurs Musique et Libertés, Célébration de l'Europe

 

Saint Jean de Malte - 17 octobre 2014

« Le Mur de Berlin » et la « Sagrada Familia »

Vincent ROUX, témoin de son temps.

Le 9 novembre 1989 tombait « le mur de Berlin » édifié depuis 1961, symbole de la cassure entre l’Est et l’Ouest.

Devant nos écrans de télévision défilaient les images de l’effritement du « mur de la honte ». Ainsi, le monde entier assista à sa chute. Vincent ROUX, bouleversé, décida d’en retracer l’événement historique sur la toile : il se mit à l’ouvrage avec frénésie et naquit le projet des

« 13 EUROPE ». En six mois, il brossa des toiles magistrales, dont la "Sagrada Familia", de très grand format qui seront exposées en juillet 1990 à la Fondation VASARELY, à Aix en Provence.

Réflexions d'Anton Gaudi, rapportées par Joan Bergó Massó

La beauté est le resplendissement de la vérité : sans la vérité il n'y a pas d'art. Pour trouver la vérité, il faut bien connaitre les êtres de la création ...

Toute œuvre d'art se doit d'être séductrice (en cela réside l'universalité qui atteint chacun de nous, aussi bien les initiés que les profanes); lorsqu'on recherche l'originalité pour elle-même, on perd la qualité de la séduction et on ne peut pas réaliser d'œuvre d'art.

La beauté est le resplendissement de la vérité et cette splendeur nous séduit tous parce que l'art porte en lui l'universalité.

 

Extrait de la plaquette du concert de Thierry Escaich,  17 octobre 2014 - à Saint-Jean-de-Malte

Extrait du concert en l’Église Saint-Jean-de-Malte, le 17 octobre 2014 pour le 25ème anniversaire de la chute du mur de Berlin par Thierry Escaich.

Improvisation sur l’œuvre « Sagrada Familia » de Vincent Roux.

Retrouvez l'intégralité du concert en cliquant ici

Lors du 25ème anniversaire de la chute du mur de Berlin, le 17 octobre 2014 en l'Eglise Saint-Jean-de-Malte, un récital d’orgue a été donné par Thierry Escaich (organiste compositeur) qui a improvisé pour la première fois sur les œuvres d’un peintre contemporain ; les partitions étaient des tableaux de Vincent Roux.

Vernissage "Brigitte et Romy sous le soleil de Saint-Tropez"

Vincent Roux à voir à l'exposition:
"Brigitte et Romy sous le soleil de Saint-Tropez"


Hommage à Brigitte Bardot, Romy Schneider et Michèle Mercier.
Trois actrices amies, sous la plume enchanteresse de
Henry-Jean Servat commissaire de l'exposition

affiche.jpeg
Capture d’écran 2022-07-12 à 15.35.47.png
Anniversaire de R. Peyrefitte chez V. Roux - R. Schneider, A. Buffet, S. Vartan et K. Tchenko
Michèle Mercier, Vincent Roux et Brigitte Bardot
Affiche_expo_StTropez_Août3.jpg
Sans titre-2.jpg
BB et Vincent Roux - Atelier de Saint Tropez - 1970

Brigitte Bardot et Vincent Roux (Saint-Tropez, 1970)

Ce portrait de Brigitte Bardot à été exposé à la Galerie

Emmanuel David en 1971.

Capture d’écran 2022-08-01 à 16.45.14.png

Henry Jean Servat et Pierre Cardin ont raconté Bardot

Vaucluse Matin, 2017
 

Vincent Roux "Portraitiste des stars" - 02/01/1981

Interview de Dominique Kriwkoski chez Vincent Roux à la Nouvelle Adélaïde.
Réalisation : Samuel Itzkovitch pour FR3 Marseille

Source : INA

464e Fête patronale des Bravades

Comme le veut une tradition bien ancrée depuis près d’un demi-millénaire, les Tropéziens ont célébré avec ferveur leur fête votive, les 16, 17 et 18 mai derniers.
L’histoire nous enseigne qu’en 1558, le Conseil de la communauté décida de désigner un chef de guerre, le Capitaine de ville, pour recruter et diriger une milice locale afin de défendre la cité régulièrement confrontée à des attaques de la part de pirates qui écumaient alors les côtes de la Méditerranée.

La manifestation a débuté lundi 16 mai à 8h, place de la mairie, par une salve d’artillerie marquant les aubades réservées aux autorités et aux chefs de bravade.
A 15h, la prise de la pique par le Capitaine de ville Olivier Calvani, son major Stéphane Calvani, la prise du drapeau par l’enseigne Benjamin Desdier et son major Baptiste Mondelli suivies de la bénédiction des armes, ont précédées la « petite Bravade ».

 Consultez la revue de presse sur un siècle de bravade 1899 - 1999.
Le
 site de la ville de Saint Tropez. Il y a le détail des festivités qui débutent par une salve d’artillerie.

Œuvre de Vincent Roux don de l'artiste à la ville de St Tropez.

A voir : "Maison des Ainés" - derrière la place des Lices.

Extrait du concert en l’Église Saint-Jean-de-Malte, le 17 octobre 2014 pour le 25ème anniversaire de la chute du mur de Berlin par Thierry Escaich.

Improvisation sur l'oeuvre la « Grande Bravade » de Vincent Roux.

Retrouvez l'intégralité du concert en cliquant ici

Vincent Roux à Saint-Tropez

Capture d’écran 2022-05-01 à 22.53.50.png
Bravade - huile sur toile - collection particulière
Le Château d'Eau - huile sur toile - collection particulière
La Maison d'André Roussin - huile sur toile - collection APPOVR
Huile sur toile - don de Vincent Roux à la paroisse de Saint Tropez

Le 7 mai avait lieu le lancement de l’exposition « Saint-Tropez et ses peintres 1940-1980 », en présence de Sylvie Siri, Maire de Saint-Tropez, de Michel Perrault, adjoint à la culture, des élus du conseil municipal, du Cepoun Serge Astezan et de la commissaire de l’exposition Claire Vachon.

Organisée par la Ville salle Jean-Despas, l’exposition mettra à l’honneur une génération d’artistes qui a animé très tôt la vie culturelle et artistique tropézienne : Alfred Vachon, Dany Lartigue, Emile Gaud, Marko Celebonovitch, Robert Baudinière, Lazlo Barta, Alain Gerbaud, Vincent Roux, Jacques Cordier et Jean-Paul Cleren.

 

Ce groupe d’artistes, au talent reconnu et à la reconnaissance légitime, ont somme toute plusieurs points communs. En effet, cette génération s’est nourrie de l’impressionnisme, du cubisme de l’abstraction, de Giorgio de Chirico, Jacques Villon, Albert Gleizes et aussi Turner. De ces références historiques et classiques, ils ont su tirer des œuvres personnelles, indépendantes, enthousiastes dans un environnement idyllique, Saint-Tropez.

 

L’épanouissement de leur carrière se produit après la Seconde guerre mondiale, lorsque le village devient le lieu de rencontres de toutes les tendances artistiques et intellectuelles. Ce lieu inspirant qui voit naître l’un des premiers musées d’art moderne de France, accueille des peintres mais aussi des écrivains, dramaturges, académiciens, comédiens, créant ainsi un foyer de création et d’inspiration foisonnant.

 

Ils se rejoignent aussi autour des mêmes thèmes et des mêmes lieux : La Bravade, sujet chéri, que chacun interprète, le port, le quartier de la Ponche, la campagne de Saint-Tropez au printemps ou dans la lumière de l’automne… autant d’inspirations communes.

 

Marko Célébonovitch et Lazslo Barta, respectivement serbe et hongrois, arrivent à Saint-Tropez autour de 1930 et s’inspirent de la presqu’île dont ils font leur terre d’élection. Tous deux se sont illustrés dans des faits de résistance héroïques ce qui vaudra à Barta sa naturalisation française après sa participation à plusieurs opérations en Corse.

 

Ces artistes auront pour la plupart l’opportunité de présenter leur travail chez Georges Barry sur le port, puis chez Philippe Tallien dont les goûts sont plus modernes puisqu’il consacrera plusieurs expositions à Antoni Clavé, installé à Saint-Tropez dans les années 60, de même qu’à Yvaral, représentant de l’op’art dans les années 70 et du premier art numérique.

A plusieurs reprises, ils vont aussi exposer ensemble, en 1950, au sein de l’association « La Spirale » dans les salles de la chapelle de l’Annonciade, laquelle n’est pas encore musée. Georges Barry organisera plusieurs Salon d’été où tous se retrouvent encore, dans les années 60. De même en 1973 au Palais de l’Europe à Menton, lors d’une exposition « Saint-Tropez, peintres d’aujourd’hui » dont le catalogue est préfacé par André Dunoyer de Segonzac

 

A côté de leur carrière artistique, tous ont participé avec générosité à la création et l’animation des associations .Citons « l’Orphéon » qui présentait ses créations théâtrales au rez-de-chaussée de la chapelle de l’Annonciade, puis Le Rampeù  et bien sûr la Bravade.

 

Il était juste de célébrer ces artistes tropéziens de naissance et d’adoption comme l’a fait René Clair en 1973 lorsqu’il écrivait : « Un seul lieu les unit : dans leurs œuvres ils semblent partager […] un certain goût du bonheur ». Et, au sujet de Saint-Tropez : « Il est des lieux « faits à peindre », […] des lieux qui provoquent le génie de la peinture comme il est des lieux « où souffle l’esprit ».

 

Cette exposition n’aurait pu être présentée sans le soutien et la confiance de nombreux prêteurs. Ainsi une soixantaine d’œuvres a pu être rassemblée tout comme des documents inédits sur Georges Barry et Philippe Tallien.

 

Qu’ils trouvent ici l’expression de nos sincères remerciements.

Du 7 au 26 mai
Salle Jean-Despas
11h/19h tous les jours- 14h/18h les 16,17 et 18 mai
Entrée libre

Journées Européennes du Patrimoine 2021

Hommage à la soprano Mady Mesplé

(7 mars 1931- 30 mai 2020)

Vincent Roux : Le Barbier de Seville - Opéra de Marseille 1968

"En donnant à « voir » la partition de Rossini, Vincent Roux voulait que « l' oeil puisse écouter» ce joyau dans toute son éblouissante folie et que le livret de Beaumarchais sonne à chaque croche, le délire du livret accompagnant le génie débridé de la musique."... "L'impertinence scrupuleuse des détails, l'allegria de la palette - 8 couleurs au maximum, le bleu, le violet et l'or étant ses préférées - l'invention des matériaux - somptueux comme ceux utilisés aux XVIIè, XVIIIè et XIXème siècles- novateurs - acier et mica - farfelus (bouchons), raffinés (perles et broderies de verre) - la rigueur« architecturale», autant de vertus cardinales pratiquées par un Vincent Roux, beaucoup plus attaché à servir Beaumarchais et Rossini que sa propre gloire."...

"C'était en décembre 1968 : c'était hier.
Pour moi, ce fut et sera une parenthèse de grâce."

"Mady Mesplé la Rosine cristalline, mutine et ... rossinisime"

Edmée Santy (le Provençal)

En novembre 1968, dans les salons de l'hôtel particulier de Vincent Roux, rue Mazarine à Aix-en-Provence. 

L'équipe du Barbier de Seville : Mady Mesplé (Rosine), Edmée Santy, Albert Voli (Almaviva)

Visites guidées des œuvres de Vincent Roux

à la mairie de Peynier sur rendez-vous : 06 82 13 32 80 - 06 61 17 08 34

 La porte de Brandebourg (huile sur toile, 1990)
Sainte Victoire (huile sur toile, 1990)
Vue Delft (huile sur toile, 1990)

LA PORTE DE BRANDEBOURG


Au Cœur de la Journée de l'Unité Allemande et des trente ans de la Chute du Mur de Berlin

Le 3 octobre 2019 à la Villa Bagatelle à Marseille

Extrait du discours de Mme la Consule Clarissa Duvigneau

"Monsieur le Maire, cher Jean Roatta,

Monsieur le Maire du 6e et 8e arrondissement, cher Yves Moraine,

Mesdames et Messieurs les élus,

Monsieur Chenivesse, Madame Pozmentier-Sportich,

Chères et chers collègues du corps consulaire, liebe Mitglieder der deutschen Gemeinschaft hier im Süden Frankreichs,

Mon mari Christian et moi et tous les collaborateurs et collaboratrices du Consulat vous souhaitent la bienvenue à cette réception de notre fête nationale allemande. Nous sommes heureux que vous vous joigniez à ce qui est, pour nous, chaque année le souvenir d’un miracle politique – le plus grand bouleversement politique après la deuxième guerre mondiale, une révolution sans qu’aucune goutte de sang ait coulé... (extrait)

Nous venons d’entendre de la musique – et je vous remercie beaucoup, tous les trois :

  • Benjamin Clasen à l’alto,

  • Stéphane Coutable, au basson

  • et la magnifique mezzo-soprano Muriel Tomao qui nous a chanté les hymnes.

Avec un Allemand et deux Français, c’est un bel exemple de coopération franco-allemande : chacun a sa voix, mais les trois s’accordent très harmonieusement. Merci encore !

 

Mesdames, Messieurs,

Nous vous présentons également une autre forme d’art sur ce parvis aujourd’hui : la copie d’un tableau qui a pour sujet un moment qui donne encore des frissons à des millions d’Allemands : la chute du mur, le moment où nos compatriotes de l’Est ont enfin pu passer vers l’autre côté de la ville, vers l’autre côté du pays et vers le reste du monde.

C’est un artiste de la région, Vincent Roux, qui a peint ce tableau. Je tiens à saluer Madame Cornut-Caral, présidente de l’ « Association pour la promotion de l’œuvre de Vincent Roux », présente ici ce soir, qui a attiré notre attention sur ce tableau et ce peintre bien-aimé – qu’il ne faudrait surtout pas oublier. Je vous invite à aller voir ses tableaux à Aix et dans d’autres villes de cette magnifique région du Sud de la France qu’il a tant aimées !

Et je veux aussi remercier Fabian Meinel du Centre Franco-Allemand de Provence qui a organisé l’exposition de la copie de cette œuvre qui vous est présentée aujourd’hui.

Dès 1990, vers la fin de sa vie, Vincent Roux, impressionné par tout ce qui se passait en Europe, a peint 13 toiles, intitulées LES TREIZE EUROPES. Il voulait ainsi évoquer l’esprit de l’Europe qui était en train de se construire.

Et c’est un esprit qui nous lie toutes et tous, l’esprit de liberté, d’égalité, de fraternité et celui de Einigkeit und Recht und Freiheit (unité, droit/justice et liberté) – et cet esprit ne lie pas seulement les Allemands et les Français, mais aussi tous les Européens... (extrait)

LA PORTE DE BRANDEBOURG

Trentième anniversaire de la chute du Mur de Berlin

2019 09 18 Porte de Bradebourg10-HDR.jpg

La Porte de Brandebourg, œuvre testamentaire de Vincent Roux à l'honneur pour le 30ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin le 9 novembre 1989 - 2019.

A l'occasion du trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin : exposition de la Porte de Brandebourg, Notre Dame de Paris, Sainte-Victoire, la Grand Place de Bruxelles et la Basilique San Marco.

Exposition permanente

Ces œuvres sont visibles à la Mairie de Peynier sur rendez-vous :

1 cours Albéric Laurent - 13790 Peynier

06 82 13 32 80 / 06 61 17 08 34

Thierry Escaich est actuellement l’un des plus grands maîtres de l’improvisation à l’orgue. Habituellement, on demande d’improviser sur un thème musical connu, mais nous avons voulu lui proposer de laisser libre cours à son imagination créatrice en se fondant sur la série de tableaux de Vincent Roux.

Nous avions demandé cela en 2006 à son maître, Michel Chapuis en lui proposant de venir à Saint-Jean-de-Malte pour improviser sur les toiles de P. Cézanne. Thierry Escaich a accepté de relever le défi en improvisant sur les Treize Europe, le 17 octobre 2014, pour le 25ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin.

In Memoriam Notre-Dame de Paris

Capture d’écran 2019-10-23 à 15.40.43.pn

Thierry ESCAICH - Improvisations sur des tableaux de Vincent ROUX

Extrait du concert "Improvisations sur des tableaux de Vincent ROUX" à l'Eglise Saint-Jean-de-Malte, le 17 octobre 2014 pour le 25ème anniversaire de la chute du mur de Berlin par Thierry Escaich.

Improvisations sur les œuvres : Notre-Dame de Paris - Eglise Saint-Gervais.